Votre "Meilleur" expérience dans l'engagement des communautés locales et les différents acteurs en évaluation

 

Bonjour,

Nous sommes membres du groupe de travail EvalGender+ sur « l'évaluation participative » et « nous sommes à l'écoute ». Le principe de « Personne ne doit être laissé derrière » s’avère être au centre des objectifs du développement durable. Ceci dit, nous aimerions examiner plus profondément le terme « participation » : Qu’est ce qui renforce et Qu’est ce qui entrave la participation effective surtout des communautés les plus marginalisées en évaluation.

Sur ce nous vous invitons a reflechir et repondre aux questions suivantes

 

Question : Quelle est votre meilleure expérience en évaluation participative dans le cadre des évaluations axées sur l'équité et la parité entre genres (hommes-femmes).

 

Tout en réfléchissant sur votre meilleure expérience en matière d'évaluation participative dans le cadre des évaluations axées sur l'équité et la parité enter genres (hommes-femmes), nous vous invitons à répondre aux questions suivantes :

 

1. Votre nom, le sexe et le pays

2. Comment définiriez-vous la « participation » à l’évaluation ? Qu'est-ce que cela signifie pour vous ?

3. Pourquoi cette expérience est identifiée comme étant votre meilleure expérience dans l’implémentation de l'évaluation participative ?

4. Qui a était en charge de cette évaluation ? (Gouvernement, ONG, organisme de financement, etc.)

5. Qui avez-vous engagez dans l’évaluation ? Pourquoi vous les avez engagés ?  À quel stade de l’évaluation ?

6. Quel était le processus ou les outils que vous avez utilisé dans l'évaluation participative ?

7. Qu’est ce qui a fonctionné et qu’est ce qui n'a pas fonctionné, pourquoi ?

8. Comment avez-vous relever les défis liés à l’implémentation ?

9. Qu'avez-vous appris ? Qu’est-ce que vous changez la prochaine fois dans (l’approche, la méthodologie, la relation avec les parties prenantes, etc.)?

Points d'action sur la discussion en ligne :

1. Nous allons analyser et préparer un résumé des réponses et les partager largement.

2. Nos membres du groupe de travail piloteront ce qui est appris par le biais de cette discussion en particulier sur l'égalité et l'équité en évaluation. Ceci nous aide à choisir les actions futures qui peuvent améliorer la participation notamment des groupes les plus marginalisés.

 

La date limite pour accueillir vote réponse est le 30 Octobre 2016

 

Sincèrement, 

 

Groupe de travail EvalGender+ sur « l'évaluation participative » et « nous sommes à l'écoute »

Views: 133

Reply to This

Replies to This Discussion

Je suis LOYE Alexis Salvador, homme du pays des Hommes Intègres (Burkina Faso). L'expérience pertinente que je partage avec vous porte sur l'évaluation des services d'éducation et de la santé au Burkina Faso dans le cadre du «Projet d'appui au suivi-évaluation des projets de la Banque Mondiale dans les secteurs de l'éducation et de la santé au Burkina Faso». Nous avons compris la participation comme une implication effective des participants à tout le processus évaluation, de la planification de l'évaluation, sa mise en oeuvre et l'utilisation des résultats d'évaluation. Ainsi, des rencontres avec les différents acteurs de la santé (agents de santé, agents communautaires de santé), les comités de gestion des centres de santé, les enseignants des écoles, les associations des parents d'élèves et des mères éducatrices, les conseillers villageois de développement, les leaders religieux ont permis d'établir une situation de référénce de la qualité des services. Cette situation a été faite par l'utilisation de critères définis par les populations elles-mêmes et une évaluation s'en est suivi à l'aide des cartes de notation communautaire (community score cards). Le personnel de santé et d'éducation faisait sa propre évaluation, et les populations (hommes et femmes) faisaient la leur. Une rencontre d'ensemble est faite par la suite pour mettre en commun et s'accorder sur les points à améliorer. Un plan d'actions y apparait avec les responsabilités de chaque acteur dans des délais bien précis. Les comités de suivi au niveau des populations sont chargés de rappeler les responsables des différentes activités et un bilan est fait trimestriellement. Ce fut une expérience très enrichissante car l'évaluation permettait ainsi de renforcer la communication entre les acteurs, d'accroître la redevabilité et la transparence dans la gestion des écoles et des centres de santé. Les ONG aidaient les communautés villageoises dans la rédaction des rapports qui sont acheminés au niveau des autorités locales pour apporter leur contribution. Ceci a permis à nombre d'écoles et de centres de santé d'améliorer les services. Ce fut une réussite mais l'un des défis dans ce processus est sa lourdeur. Le temps que les autorités au niveau national reçoivent les rapports pour examiner en ateliers, 6 mois sont déjà écoulés, ce qui rendait le retour à la population plus lente. Mais ayant suivi toutes les étapes, nous informions les populations au fur et à mesure et elle travaillait à améliorer ce qui lui était possible par l'utilisation des ressources locales.

Ce que je retiens de cette expérience est que la réussite et l'utilisation des résultats des évaluations passent par une implication effective des différents acteurs à tous les niveaux du processus évaluatif. C'est coûteux mais c'est le prix à payer si l'on veut que l'évaluation soit utile et utilisée.

Si une telle expérience est à reprendre, elle doit s'inscrire dans la durée pour que l'on puisse obtenir les changements tangibles et durables.

Cordialement!

RSS

© 2017   Created by Rituu B Nanda.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service